Faire le point de mon bénévolat


Quand j'ai pris l'avion pour le Maroc, j'étais sûre que je rentrerai chez moi avec plus que ce que je ne pouvais laisser là-bas, mais je ne savais pas que la différence serait telle.

Je suis revenue avec une formidable expérience, pleine de bisous, d'embrassades et de moments inoubliables.

Je suis également rentrée chez moi avec des dizaines de dessins, de chansons et de poèmes, même si je ne comprenais rien à la plupart de ces chansons du fait de mes connaissances nulles en arabe et en français.

Je suis revenue avec un peu de sable du désert et chaque fois que je regarde la bouteille dans laquelle je l'ai mis, je me rappelle de toutes les odeurs de là-bas, de toutes les couleurs, de toutes les saveurs. Même les saveurs qui ne me plaisaient toujours pas au bout de 15 jours. En fait, je dirais même que ces saveurs me manquent.

Et je suis revenue avec de l'espoir quand j'ai vu autant de gens passer leur été à faire quelque chose de différent. Des gens de tous les horizons, avec des expériences de vie totalement différentes, mais durant 15 jours, nous avons eu un objectif commun.

Moi j'ai laissé peu de choses là-bas.

J'ai donné un peu de mon temps, qu'ici nous n'avons jamais et vous voyez, j'y ai laissé mes vacances. Et si c'était à refaire, je le referai.

Là-bas j'ai laissé beaucoup de préjugés (et moi qui pensais que j'en avais quasiment pas, mais j'avais tort).

J'espère avoir laissé aussi une trace sur chacun de ces enfants que j'ai rencontré, même si je sais que ce n'est rien en comparaison avec l'empreinte qu'eux et leurs familles ont laissé en moi.

ET, est, j'ai laissé des petits bouts de moi dans certains recoins d'Azrou. Il me faudra y retourner pour récupérer ces morceaux et vivre à nouveau des moments inoubliables. Bien que je ne sache pas si je peux les récupérer, je n'ai pas de raison de m'inquiéter, ils sont entre de bonnes mains.

Mercedes Alfranca Serrano
Loisirs et activités récréatives / Rééducation et intégration des personnes handicapées (2015)